LA MAISON DELAGE

Delage est une Maison française qui vient en succession de l’entreprise parisienne d’automobiles créée en 1905, fondée sur les valeurs de l’élégance, de la qualité, de la tradition et de la performance.
Les métiers du cuir, la sellerie et la gainerie, sont au cœur des savoir-faire de la Maison.
Ils s’expriment en des objets de haute maroquinerie en créant le beau et le durable.
Baignée de la période des Années Folles, la Maison Delage exprime la joie en utilisant une palette flamboyante qui vient en lignée de cette période d’allégresse et d’insouciance.

LOUIS DELAGE ET LES AUTOMOBILES

Louis Delâge naît à Cognac et intègre l’Ecole Nationale Supérieure d’Arts et Métiers d’Angers en 1890, à l'âge de 16 ans, il en sort diplômé ingénieur en 1893.

Passionné d'automobile, il crée en 1900 un bureau d'études qui travaille pour les principales marques de l'époque, dont Peugeot qui l'embauche en 1903.

Souhaitant trouver une liberté entrepreneuriale, il fonde avec succès le 10 janvier 1905, à l’âge de 31 ans, la société Delage, avec bureaux et ateliers à Levallois Perret à côté de Paris où il invente plusieurs types de moteurs.

Dès ses débuts, la Maison Delage se spécialise dans la conception de voiturettes et de voitures légères, avec un grand souci d’innovation et de performance. Engagé rapidement dans des courses, une Delage remporte sa première victoire dans le Grand Prix des Voiturettes disputé à Dieppe en 1908.

Delage crée des voiturettes, plus légères et maniables, pour permettre aux femmes de conduire et aussi de participer aux courses automobiles.

LES COURSES AUTOMOBILES

La Maison Delage a très tôt compris combien les courses automobiles sont importantes pour se distinguer par l’innovation et la performance, et ainsi développer sa notoriété. Louis Delâge dit de ses moteurs qu’ils sont « conçus comme des cathédrales ».L’ardeur conquérante de ce constructeur associée aux talents de ses ingénieurs fait merveille puisque c’est une Delage qui bat le record du monde de vitesse absolue en 1914, atteignant 230 km/h. La même année, Delage remporta les 500 miles d’Indianapolis, ceci fut le début d'une longue série de succès.

Après la Première Guerre Mondiale il produit également des voitures de course et remporte de nombreux succès en compétition automobile, Delage devient même champion du monde des manufacturiers.

L'ELEGANCE ET LE RAFFINEMENT

Fort de son succès, Delage s’oriente son industrie vers la production d’automobiles Delage de prestige, avec un grand souci de l’élégance féminine, de la pureté des lignes et du confort.

Louis Delage aime les automobiles, il aime aussi les femmes. Il a ainsi créé des voitures à leur image.

L’authenticité, le travail bien fait, l’art du détail font le succès des voitures Delage, qui associe aussi le savoir-faire de sellier-garnisseur.

La forme spéciale de la calandre qui date de 1907, rend la Delage facilement reconnaissable
Un rouge pour carrosserie demeure associé au nom de Delage
Delage

Les modèles Delage D6 et surtout Delage D8, remportent un grand succès commercial.

Les Delage ne se contentent pas de briller en compétition, elles triomphent aussi dans les plus prestigieux concours d’élégance dans le monde entier.

Delage au cœur des Années Folles

La fête est le mot d’ordre de ce que l’on surnomme Les Années Folles, menée par une jeunesse enivrée d’espoir, qui souhaite s’amuser, vivre en insouciance et oublier les horreurs de la guerre.

Cette époque entraîne les parisien(ne)s dans une vraie frénésie, tant culturelle que sociale : la ville se métamorphose au gré des constructions Art Déco, les automobiles envahissent les rues, l’insouciance est à chaque coin de rue. Ces changements participent activement à l’émancipation des femmes, qui ont déjà pris goût à une certaine indépendance involontairement vécue à la suite du départ des hommes pour le front.

C’est le début d’un nouveau mode de vie. L’écrivain Henry Miller écrit : « La première chose qu’on remarque, à Paris, c’est que le sexe est dans l’air. Les femmes sont partout, comme les fleurs ».

Les américains fuient la prohibition et amènent le jazz et le swing, ainsi qu’une jeune danseuse, noire américaine : Joséphine Baker. Vêtue de sa seule et devenue célèbre jupe de bananes, elle devient la vedette de nombreux spectacles libérant avec sa danse mythique et entraînante de nombreux fantasmes. Elle est le symbole de la libération sexuelle qui exalte alors Paris. La chanson J'ai deux amours en 1930 la consacre comme La star de la vie parisienne.

Parmi les femmes qui ont marqué les années folles on compte aussi Mistinguett. Image type de la parisienne, qualifiée de “propriété nationale” par l’écrivaine Colette, elle est la vedette du Casino de Paris et du Moulin Rouge grâce à sa gouaille, qui traverse même l’Atlantique.

La Maison Delage est au cœur de ces évolutions et permet aux femmes de piloter ses automobiles, elles conquièrent leur liberté avec élégance et audace. Ces ambassadrices de la Maison, Joséphine Baker, Mistinguett, Lucienne Radisse ou encore Joan Warner, peuvent conduire leur destin dans un esprit de conquête.

Elles sont prises dans l’euphorie créatrice et libératrice des Années Folles, moments où la joie de vivre et l’insouciance sont à leur paroxysme. Au-delà de ses prestigieuses automobiles, Delage est un art de vivre, une référence d’Insouciance où la destination importe moins que le plaisir du voyage, de l’évasion.

L'automobile

Toujours précurseur, moderne et intemporel, l'esprit Delage a su traverser les époques, comme les automobiles ont traversé le monde.

Cette formidable épopée automobile reste gravée dans les imaginaires
comme la haute expression de l'élégance française.